logo
Les Verts 41
Confédération écologiste - Parti écologiste - Loir-et-Cher
[ Sommaire ] [ Les Verts 41 ] [ Espace Partenaires ] [ Actualités ]
La presse Elections Vie du Mouvement Dossiers et documents Paroles de Verts Rencontres/Actions Espace coopératif et libre Europe
Recherche
Dans la même rubrique :
- Vague de froid : la France atomique sauvée par… l’Allemagne antinucléaire
- Premier voeu de défense de la filière éolienne
- Il faut réorienter le plan cancer !
- T’as voulu voir Grenelle.
- L’UE s’engage dans la révolution énergétique
- Communiqué de "Eau et Rivières de Bretagne"
Thèmes :
article
Blois
 La presse >

28 novembre 2005

Blois.

Dominique Voynet face aux jeunes.

Interview sur la radio locale, petit tour de la ZUP et en guise d’apéritif, une rencontre avec un groupe de jeunes et de sympathisants verts qui l’attendaient chez Ahmed Bahaddou, le ténor local du parti écolo.

Le rendez-vous avait été pris bien avant les événements des quartiers. Dominique Voynet, la sénatrice des Verts, faisait un petit détour par Blois vendredi soir.

L’ambiance chaleureuse de cette maison au décor oriental, tapis moelleux à l’appui, savoureuses pâtisseries marocaines et thé à la menthe aidant, la discussion a porté sur une multitude de sujets. « J’ai voulu rencontrer des jeunes dans leur diversité. Des sympathisants verts ou des habitants des quartiers mais pas forcément issus de l’immigration. J’avais envie d’entendre leurs propositions, leurs attentes. Ailleurs, quand je les ai rencontrés, ils ont parlé de fiscalité, du pétrole, et de bien d’autres sujets qui préoccupent tous les citoyens. Chez nous, nous avions aussi parlé de parité bien avant la loi et aujourd’hui on sent qu’il faut aller encore plus loin. En haut lieu, on nous parle de la ruralité qui souffre mais on oublie trop souvent celle des urbains. Peut-être aurait-il fallu les écouter avant. La politique de la ville, on se demande pourquoi et comment ça n’a pas marché. »

Dominique Voynet voulait aussi parler de la difficulté des relations entre les garçons et les filles, des problèmes de logement, de la cohabitation des jeunes adultes condamnés à rester au domicile familial faute de travail ou encore des transports collectifs. «  Il y a chez eux le sentiment d’être enfermés dans leur quartier et quand ils n’ont pas de voiture ou pas la possibilité de passer le permis, c’est encore plus dur pour eux. »

Claude CHOPLIN
La Nouvelle République


- Le site de la La Nouvelle République


Imprimer
Plan du site - Site conçu avec SPIP - design de Leriche L. - Contact Webmaster - Administration