logo
Les Verts 41
Confédération écologiste - Parti écologiste - Loir-et-Cher
[ Sommaire ] [ Les Verts 41 ] [ Espace Partenaires ] [ Actualités ]
La presse Elections Vie du Mouvement Dossiers et documents Paroles de Verts Rencontres/Actions Espace coopératif et libre Europe
Recherche
Dans la même rubrique :
- Fête de la Rose [41]
- L’éolien victime du lobby nucléaire.
- Daniel Chanet : un homme au service de Tous.
- Au mépris de notre avenir, la France devient le show-room du nucléaire pour le VRP Sarkozy et Areva
- Vœu relatif au Tibet
- Effet de serre : Le vote de la honte
Thèmes :
présidentielles

27 janvier 2007

Combat pour la révolution écologique.

Lettre à José Bové.

Daniel Rondepierre - secrétaire régional des Verts Auvergne.

Cher José,

Je n’ai aucune qualité particulière pour t’interpeler ainsi, sinon les convergences de nos luttes et de nos enthousiasmes depuis plus de trente ans.
Nous sommes en effet de la même génération (tant pis si ça fait un peu vieux con !). Je suis venu à l’écologie politique par la lutte anti-nucléaire - le Bugey, les copains de "Charlie Hebdo", Fournier et "La gueule ouverte". Je suis venu à la non-violence active par la vie communautaire -en Montagne bourbonnaise- et surtout la lutte des paysans du Larzac à partir de 1972 : manifs, jeûne, renvoi de livret militaire, marche sur Paris en 78 (j’étais membre du S.O. non-violent de la manif et j’ai eu mon baptême de lacrymos !). Je ne t’ai pas connu personnellement à l’époque, je me souviens plutôt d’Auguste Guiraud (dont j’avais les neveux en classe), de Pierre Bruguières et de Guy Tarlier bien sûr !

Pourquoi cette séquence nostalgie ? Juste pour rappeler que, fils d’ouvriers (par mon père) et de tout petits métayers (par ma mère), je suis "de ce côté" comme chantait l’ami Michel Buhler. Elevé dans le Parti Communiste puis de mouvance libertaire, le seul parti auquel j’ai adhéré est celui des Verts, du temps de Waechter et du "ni-ni", et grâce à l’impulsion de… Dominique Voynet pour un ancrage à gauche ! Nous y voilà…

En toute amitié, permets-moi de te dire que je ne comprends pas ton évolution récente : alors que nous partageons les mêmes combats contre la mondialisation libérale, pour une remise en cause globale du modèle productiviste, comment peux-tu participer à une Nième recomposition "à gauche de la gauche" qui ne peut que fragiliser le seul parti d’écologie politique, les Verts, le seul qui présente un projet cohérent d’alternative à cette mondialisation libérale.
Tu trouveras en pièces jointes ce programme des Verts, dans lequel tout n’est pas parfait sans doute, mais qui est le seul à articuler l’urgence environnementale et l’urgence sociale, le seul à avancer des propositions immédiates pour construire la société de transition : pour réorienter et reconvertir l’économie, relocaliser l’activité, redistribuer les richesses.

Comme tu le sais, l’an dernier, une délégation de copains Verts -comprenant des amis proches comme Gérard Leras, conseiller régional Vert et membre de la Conf’- t’a sollicité pour être le candidat de l’écologie politique (personne ne te demandant d’adhérer aux Verts !) afin de porter ces options alternatives.
Tu as décliné cette proposition, préférant le regroupement antilibéral "à gauche de la gauche" dans la suite de la mobilisation contre le TCE. J’ai voté NON au TCE et j’ai participé -à titre individuel et au sein d’ATTAC- à cette mobilisation. J’ai participé aux collectifs anti-libéraux, mais j’ai tout de suite eu la confirmation de l’impasse que je pressentais : comment réunir pour une alternative crédible des productivistes à tout crin, des souverainistes anti-européens et des écologistes mondialistes sur le seul refus du TCE ? J’avais pris le pari, dès le départ, que les directions du PCF et de la LCR présenteraient des candidats à la Présidentielle (c’est toute mon enfance !) et que le PCF irait, sans accord programmatique, à la soupe avec le PS aux Législatives (c’est sa survie qui est en jeu).

Je suis persuadé que, comme moi, tu penses toujours qu’ "Il n’est pas de sauveur suprême, ni dieu, ni césar, ni tribun"… ni Hulot, ni Bové… et que compte surtout la dynamique collective, avec sa dialectique action-réflexion, dans une tentative de révolution permanente toujours à construire…
Les Verts sont inscrits dans cette dynamique. J’ai souvent combattu la ligne politique de la direction du parti autour de Dominique Voynet ministre de Jospin. Je n’ai pas voté pour la candidature de Dominique en interne chez les Verts, mais elle est la candidate démocratiquement désignée, je n’ai pas d’états d’âme et elle porte très correctement le programme des Verts dans une élection ultra personnalisée et peu démocratique dont l’hyper médiatisation nous est globalement défavorable.
Alors que nous apparaissons aux yeux des grands médias comme des gêneurs, au mieux comme des rêveurs querelleurs aux analyses obscures et compliquées, alors que la candidate des Verts n’a pas encore ses 500 promesses de signatures, comment peux-tu te présenter sur un "programme anti-libéral" aussi "light" concernant la croissance, le nucléaire ("un moratoire" -même pas le refus de l’EPR !), l’agriculture (rien de finalisé !)…
Je considère cela comme une gifle pour les militants Verts de terrain (Que seraient les manifs anti-nucléaires, anti-OGM, anti-autoroutes, pour les sans-papiers, les sans logis, etc… sans les Verts, qui bien souvent n’osent pas apparaître en tant que tels de peur d’être suspectés de manipulation !), et pour les élus Verts qui luttent pied à pied, jour après jour (souvent seuls contre tous), pour mettre des grains de sable dans la machine à broyer capitaliste (ainsi dernièrement de nos conseillers régionaux Verts en Auvergne contre les OGM, en Bourgogne contre le nucléaire, en Rhône-Alpes contre les nano technologies, etc…).

J’ai toujours le plus grand respect pour le militant courageux et conséquent que tu es. Pour la qualité et la cohérence de nos engagements communs sur le terrain, je te demande donc de ne pas lâcher "la proie pour l’ombre" et d’annoncer que tu rejoins notre combat pour la révolution écologique.

A la non violence politique, à la révolution permanente.
Salut et fraternité.

Daniel RONDEPIERRE

secrétaire régional des Verts Auvergne,
s’exprimant ici à titre personnel.


- Les Verts Auvergne


Imprimer
Plan du site - Site conçu avec SPIP - design de Leriche L. - Contact Webmaster - Administration