logo
Les Verts 41
Confédération écologiste - Parti écologiste - Loir-et-Cher
[ Sommaire ] [ Les Verts 41 ] [ Espace Partenaires ] [ Actualités ]
La presse Elections Vie du Mouvement Dossiers et documents Paroles de Verts Rencontres/Actions Espace coopératif et libre Europe
Recherche
Dans la même rubrique :
- Un président en campagne
- 26 Eco-Régions pour construire l’avenir
- EUROPE ECOLOGIE 41
- Europe Ecologie dévoile sa liste
Thèmes :
régionale
Verts Centre
Sur d'autres sites...
- Verts Loiret
-Orléans – lancement officiel de la campagne des élections régionales 2010
-Manifestation pour la régularisation de Caleb Bah
 Elections >

10 septembre 2009

Elections Régionales 2009

Les Glaneurs

Europe Ecologie poursuit sa démarche

Mardi 5 septembre, je suis sur la route entre Chartres et Montargis. Une voiture est à l’arrêt sur le bas-côté et un couple se trouve à proximité. Elle, un foulard qui lui cache les cheveux et laisse apparaître l’ovale du visage, se baisse de temps à autre pour ramasser quelque-chose qu’elle met dans un sac. Ce matin, à l’aller, j’avais remarqué au même endroit une machine qui récoltait les pommes de terre.
Des souvenirs d’enfance me reviennent à la mémoire : enfants nous allions glaner dans les champs les épis de maïs après la récolte qui avait lieu juste avant la rentrée. Avec des sentiments mêlés d’inquiétude et d’étonnement (Vraiment, on a le droit ?), nous partions en exploration dans des champs où, quelques semaines auparavant, nous jouions à cache-cache…
Des habitudes héritées des droits communaux antérieurs à 1789 se transmettent toujours, y compris à des personnes nées de l’autre côté de la Méditerranée.

Cette image des glaneurs me semble correspondre à ce que des militant(e)s de la région Centre ont fait cet été et c’est d’ailleurs ce que je suis venu expliquer au comité d’Europe Ecologie qui m’a invité à Chartres.
Le 27 juin dernier, les comités de la région Centre avaient décidé de poursuivre l’aventure, de maintenir le lien avec nos eurodéputé(e)s et, s’agissant de la préparation des élections régionales, de travailler d’abord sur le programme.
Nous avons d’abord récolté de façon systématique : les compétences, les caractéristiques de la région Centre, le bilan de ce qui a été fait dans le mandat en cours.
Nous nous sommes vite aperçus que le plus important était constitué de pépites qui devaient être récoltées à la main ou à hauteur d’homme : quelles sont les pratiques dans d’autres régions ? Quels sont les réseaux, les acteurs des territoires avec lesquels nous pouvons travailler dans cette phase d’élaboration ?

Nous sommes maintenant devant une alternative simple : ou bien nous mettons en bocaux, en conserve ou en confiture pour ressortir les produits à la fin de l’hiver, c’est-à-dire pour la fin de campagne qui s’achève à la mi-mars ; ou bien nous partageons tout de suite.
C’est cette deuxième phase vers laquelle nous nous orientons : les 3 et 4 octobre prochains, Europe Ecologie tiendra une convention programmatique régionale en Touraine où nous arrêterons un premier train de mesures. Et tant pis pour les pique-assiettes qui proclameront un peu partout qu’ils connaissent de meilleures recettes et qu’il faut changer de crèmerie.
Aujourd’hui, il vaut mieux réunir plus de monde autour de la table pour savoir ce que nous mangerons après-demain, plutôt que de faire demain des promesses que certains accepteront dans l’urgence.
Plutôt que d’espérer en secret qu’il y ait de moins en moins de convives, il vaut mieux continuer à associer les citoyens qui vont se demander bientôt : à quoi sert une région ?

Vous êtes un peu sur votre faim ?
Vous aimeriez savoir quelles sont les premières propositions ?
Sans vouloir dévoiler des mesures en cours de discussion ni anticiper sur la synthèse, on peut avancer trois éléments. Tout d’abord, le volet Agriculture et alimentation sera conséquent. Notre région est la première région agricole de France et la Politique Agricole Commune dans la forme où l’a définie le gouvernement Raffarin s’arrête en 2013 : il faut dès maintenant travailler à promouvoir des alternatives. En second lieu, les services publics sont drastiquement remis en cause par les politiques nationales depuis dix ans au moins alors que la région contribue à leur fonctionnement (lycées, apprentissage, formation professionnelle, TER…) : nous aurons des propositions pour que la région avec d’autres acteurs ou institutions permette aux citoyens d’accéder à l’eau, à la santé, à l’éducation, à la formation, à la mobilité, au logement, à l’emploi… Enfin, la relation de la région avec les territoires doit être repensée : les citoyens doivent être plus durablement associés aux projets portés par les collectivités locales comme à la mise en œuvre des politiques régionales. C’est ainsi que la relocalisation des activités ou la démocratie participative ne seront pas des expressions vaines couchées sur papier glacé en fin de campagne.

Olivier Masson, président des Verts-Centre


- Le blog des Verts Centre


Imprimer
Plan du site - Site conçu avec SPIP - design de Leriche L. - Contact Webmaster - Administration